Un autre regard sur le Vietnam

Travail des champs

Travail laborieux souvent pris en charge par les femmes, la riziculture est omniprésente. La moindre parcelle de terrain est dédiée à la culture de cette denrée alimentaire élémentaire pour la cuisine asiatique. L’utilisation du chapeau Vietnamien est de rigueur par tout temps. Coincées entre deux étages de rizière, on retrouve à la montagne quelques plantations de maïs servant plutôt pour l’élevage des cochons et des buffles. Le travail est harassant en plein soleil. Une des phases les plus importantes pour les plantations de riz est le repiquage. Des pousses qui ont germées dans un coin sont repiquées à la main en deux ou trois plants à la fois, à 20cm d’interstice tout en respectant scrupuleusement des lignes. La manipulation est exécutée avec une dextérité remarquable par des femmes qui se retrouvent courbées de longues heures devant ce terrain boueux et recouvert de quelques centimètres d’eau. Je m’y suis exercé une heure et mon dos s’en souvient. Les femmes travaillent beaucoup dans les champs, mais les enfants aussi. Ils sont mis à contribution dès leur plus jeune âge. Il n’est donc pas rare de voir dans les campagnes un petit garçon partant au champ ou une petite fille ramassant du bois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*