Un autre regard sur le Vietnam

Quelques moments insolites

Les Vietnamiens s’enquièrent de votre statut social, dès les premières salutations. Ainsi les premiers mots échangés lors d’une rencontre pourraient être dans ces termes.

« Bonjour »

> « Bonjour »

« Quel âge avez-vous ? »

> « 35 ans »

« Etes vous marié ? »

> »Non »

> »Et vous ? »

C’est très déstabilisant de donner de tels renseignements dès les premiers instants, mais au Vietnam, ces informations sont intéressantes. En premier lieu car l’orthographe et la grammaire d’une phrase vont être édictées par les réponses que vous allez apporter. Ensuite, c’est une question de principe car les Vietnamiens veulent dès les premiers instants savoir à qui ils s’adressent.

Comme l’écrit Houellebecq, l’auteur de « la carte et le territoire » :

« Qu’est-ce qui définit un homme ? Quelle est la question que l’on pose en premier à un homme, lorsqu’on souhaite s’informer de son état ? Dans certaines sociétés, on lui demande d’abord s’il est marié, s’il a des enfants ; dans nos sociétés, on s’interroge en premier lieu sur sa profession. C’est sa place dans le processus de production, et pas son statut de reproducteur, qui définit avant tout l’homme occidental. »

Il a suffi d’un signe … un matin. Essayer de prendre ces demoiselles en vélo, de dos, tout en étant moi-même en vélo, n’était pas chose aisée. Mais amusé par la situation, mon guide les a interpelées sous cet éclatant flamboyant.

Toute la famille se déplace en scooter. Ici dans le sud du pays.

Il n’est pas rare de rencontrer des jeunes photographes avec leurs jolies modèles dans des lieux typiques. Très fair-play, ils ne s’opposent pas à ce que d’autres photographes déclenchent aussi.

Tout le long du pays on rencontre énormément de commerces improvisés.

La petite vendeuse Hmong à Sapa profite de ces quelques rayons de soleil réconfortants et salvateurs après deux jours de pluie pour faire une sieste paisible, au risque de laisser passer quelques touristes. Quand elle s’est réveillée au passage d’une voiture un peu bruyante, elle était toute heureuse de voir qu’un mini bus de touristes s’était arrêté presque à sa hauteur (ses rêves se sont peut être réalisés à ce moment précis). Elle vendait des produits tissés.

Un sourire éclatant, ça fait toujours plaisir au client.

Un lieu légendaire avec une réputation internationale (classé au patrimoine mondial de l’Unesco) essentiellement connu pour ces quelques 989 blocs rocheux officiels qui plongent dans la mer de Chine, la baie d’Halong (« descente du dragon »). Ce qui est assez remarquable sans parler du site en lui-même qui est fabuleux, c’est la présence de tous ces petits villages flottants. Ici une banque, là une pisciculture ou tout simplement une habitation.

Méthode plutôt singulière, d’amener son buffle à l’abattoir avec les moyens du bord.

Dans un marché d’une ethnie du nord Viet Nam, les hommes goûtent du tabac avant de l’acheter. C’est presque comme si on nous proposait de boire un verre pour tester une boisson. Une fois dégusté, on peut gentiment remercier les vendeurs ! Ce n’est que du tabac classique, mais ce vieux monsieur, avec son drôle de look, a tout de suite attiré mon attention.

Emblème discret et témoignage d’une ancienne présence française sur le sol Vietnamien. On retrouve ici et là, dans les campagnes, des bornes kilométriques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*